09-10-26

Robin des Bois

Jeudi soir, souper pour le déménagement d'une copine à Toronto:

-Où est-ce qu'on va? -Au Robin des Bois , ou 'Le resto bienfaiteur'.


Vous vous souvenez de Robin des Bois en collants, de la belle Marianne et de LA toune de Brian Adams? Bon, le décor n'est pas la forêt de Sherwood mais le principe est le même: aider la communauté.


Comment ça marche? C'est un restaurant à but non-lucratif qui redistribue les profits de leurs ventes à des organismes de charité comme le Chaînon, le Refuge des jeunes, Chez Doris, Jeunesse au Soleil, etc.. Le projet a été créé par deux femmes qui sont très impliquées dans la communauté et qui souhaitaient rendre le bénévolat plus accessible.


Pensez-y, vous pouvez aider de deux façon:


La première: lorsqu'un souper de groupe se prépare, proposez le Robin des Bois, avec vos factures de client repu, vous contribuerez à aider un peu la société
ET/OU
La deuxième: proposez-vous en tant que bénévole! Vous avez un peu de talent en cuisine ou avez déjà travaillé en service quand vous étiez étudiant? Proposez vos services! C'est une façon de faire du bénévolat qui est un peu plus douce et plus facile d’un point de vue émotif.


Direction St-Laurent sous les gros premiers flocons de l'année…


Aussitôt à l’intérieur, les couleurs captivent notre attention ainsi que les… dossiers de chaises (je vous laisse découvrir par vous-même le concept qu'on a envie d'avoir dans sa cuisine) ! C’est franchement un très beau petit resto de quartier et ça donne envie d’y passer une belle soirée.



Côté cuisine, c’est là où j’ai été charmée. Je vous avoue qu’au départ, je partais avec l’idée que j’irais l’essayer mais bon, qu’avec un groupe de bénévoles, les résultats peuvent être un peu incertains. Mais non ! Il y a une chef, Julie Rabouin et son équipe + des bénévoles (quand même), ce qui fait que tous les plats que nous avons dégustés étaient très bons, voir même meilleur que certains restaurants à grande facture.


Ce que nous avons dégusté :
Mérou à la Chermoula et Galettes de Morue comme plats principaux
En accompagnement, Quinoa bio à l’orange confite, frites de polenta aux olives/mayonnaise au poivre arménien, salade de chou rouge, vinaigrette au cidre de pomme et finalement, salade de fenouil à l’orange confite.


Tout était délicieux, le service était courtois et sympathique (première soirée de bénévolat de notre serveuse !) et l’ambiance, chaleureuse et agréable.


Bref, une superbe soirée, une expérience à renouveler et je vous suggère fortement d’aller y faire un tour, vous ne devriez pas le regretter.


Quoi de mieux que de passer une belle soirée tout en contribuant à une bonne cause?!

09-10-25

N'est-ce pas Cupcake?

Les cupcake ... mmmmmm



Pas très loin de chez moi se trouve une petite boutique très dangeureuse pour la ligne:

Les Glaceurs
453 St-Sulpice
Vieux-Montréal


On y trouve des cupcakes, des macarons, de la glace de Bilboquet et vous pouvez même savourer un expresso avant de continuer votre visite du Vieux-Montreal.


Ils font des minis-cupcakes sur commande (vous pouvez appeler le matin et ils seront prêts pour 5h00) et je vous garantis qu'ils feront fureur lorsque vous les sortirez au dessert.



Mignons, délicieux, le concept est certainement là pour durer.



N'est-ce pas cupcake?

09-10-22

Robin des Bois

Ce soir, j'essaie le resto Robin des Bois avec des copines.

Je vous en reparle sous peu!

09-10-15

Un nuage de lait

Chaque fois que je fais une nouvelle découverte, je me demande : mais comment font-ils pour encore innover? Et c’est là que je me dis que je vieillis mais ça c’est une autre histoire.

Tranche de vie : lorsque des amis vous reçoivent à souper, vous demandez-vous comment faire pour être original et ne pas donner comme cadeau d’hôtesse la même chose que la dernière fois? Il serait également peu convenant d’arriver avec trop de vin dans ses sacs SAQ (deux pour la soirée, une pour l’hôtesse, une autre pour le vin de dessert…ça fait alcolo) et finalement, vous ne voulez pas vous ruiner, c’est tout de même vos amis qui vous reçoivent et non l’inverse!

Kusmi thé est arrivé à la rescousse rue St-Denis
http://www.us.kusmitea.com/en/store-locator/i99/information.html


Boutique au décor tout à fait à la hauteur du branding de Kusmi, charmante, pleine de lumière et de couleurs, d’odeurs et de saveurs. Le proprio vous accueille d’ailleurs avec un petit verre de thé, pour goûter…on en ressort inévitablement avec un échantillon! De 16$ à 140$, vous trouverez de tout pour votre propre cuisine ou pour un magnifique cadeau (sac en prime) pour vos hôtes qui seront ravis et se souviendront de votre originalité.

Un thé avec un nuage de lait svp….

09-10-07

Cuisine d'automne: part II

J'ai récemment demandé aux lecteurs qui passaient par là s'ils n'auraient pas des suggestions de livres de cuisine pour l'automne. J'avais oublié à ce moment qu'à la tombée des feuilles, un des loisirs qui gagne en popularité est nul autre que manger & boire du vin - l'un ne va pas sans l'autre de toute façon.

Au retour d'une looongue journée de travail et d'école, je décide de faire un arrêt-dépanneur pour voir s'il n'y aurait pas une lecture plus tranquille pour mes méninges que Charlotte Brönte. Je dois vous me confesser, j'ai comme un réflexe spontané devant un magazine cool, je dois l'acheter. J'adore feuilleter tous les types de magazines: mode, déco, cuisine, wine spectator, arts, magazines d'un peu partout dans le monde... et même si je ne sais pas lire la langue, je suis curieuse de ce qu'ils font de différents et ce qu'ils peuvent offrir comme image!

Bref, de retour au super-dépanneur du souriant Mr. Lee-qui-écoute-toujours-du-classique, je tombe sur le seul magazine que je n'ai pas encore acheté dernièrement: Elle Québec de Novembre - déjà-?
Qui est en couverture? .... Patrick Huard. Patrick Huard? Pas si vite lectrices. Mon opinion sur le personnage? Je ne l'admire pas particulièrement. Je sais, c'est un artiste québécois, super polyvalent et qui réussit bien mais rien à faire, il me tape un peu sur les nerfs. Son style vestimentaire - un peu trop de fake rebel- n'est pas tout à fait dans ma palette et ce que j'ai lu à son sujet jusqu'à maintenant me parle un peu trop de l'homme-qui-aime-les-femmes mais pas particulièrement pour leur QI. La Rive-Sud, très peu pour moi merci.
Lorsque soudain je lis, à ma grande stupéfaction qu'il sait cuisiner. Pour de vrai.* Pire encore: il adore cuisiner. Ouf! Je suis contrariée.
Un homme qui cuisine, c'est comme une femme sommelière; c'est sexy (sur ce cliché Patrick, je te donne raison)

Des livres de recettes, en voici chères lectrices:

Au Pied de Cochon, l'Album de Martin Picard
In Search of Perfection, de Heston Blumenthal
Seven Fires, de Francis Mallmann
Molto Italiano, de Mario Batali

Courez vite vous acheter le 'Elle' si vous voulez avoir les autres références et les bons restos suggérés.

Bref, il sait cuisiner, c'est un vote pour lui et grâce à ces quelques points de plus sur sa feuille de route, je pourrais peut-être même qu'il fait partie de la catégorie des hommes qui deviennent beau en vieillissant. Voilà, c'est dit!

Sur ce, bonne cuisine chers lecteurs, amusez-vous à vos fourneaux et prenez quelques livres cet automne, ça change le mal de place et nous rapproche des bonnes choses de la vie!

Oh! et si jamais vous croisez Patrick, demandez-lui de m'inviter à souper!


À la bouffe!







* Cuisiner pour de vrai: Soyont réaliste, peu de gens savent vraiment cuisiner pour de vrai. Beaucoup s'autoproclament 'bons cuisiniers' mais dans la réalité, combien de gens peuvent réussir un foie gras au torchon ou une tarte au boudin? Établir un menu 5 services et maintenir le rythme de cuisine tout en souriant à ses convives? Très peu. Je vous dirais à vous, faux cuisiniers, retournez à vos fourneaux et travaillez! Peut-être qu'un jour vous réussirez...

09-10-05

Sauce aux arachides

Noodle Factory
1018 St-Urbain

Je ne sais pas pour vous mais moi j’adooore les dumplings.

Samedi soir, après avoir passée la journée à essayer de soigner mon homme malade et ma sinusite persistante, une envie impitoyable de dumpling me prend. Je ne connais qu’une seule place qui pourrait assouvir ce besoin : un petit boui-boui en plein essor portant le nom de Noodle Factory

Le propriétaire, cantonnais d’origine, est tellement chaleureux qu’on en est agréablement surpris. Le service et la courtoisie n’étant pas toujours 5 étoiles chez les commerçants de ce quartier, la bonne humeur et l’attention du propriétaire nous donne envie de devenir un habitué de la place.

Il y a du choix pour tous les goûts, des nouilles, des sautés, des dumplings, à des prix ridiculement petits. On peut y manger 2 pour 20$ et on en sortira repu et souriant.

L’option de prendre son repas pour apporter est fortement conseillée puisqu’il y a environ 15 places assises et qu’à date, toutes les fois où j’y suis allée, c’était plein avec en prime, une file de gens impatients et affamés.

Allez y faire un tour et souriez au proprio, il vous le rendra bien et vous reconnaîtra la prochaine fois!!